Le corps humain, un trésor pour le biomimétisme en architecture

2151

Le biomimétisme n’est pas un simple calque de la nature. L’architecture influencée notamment par le corps humain ne se limite pas à l’imitation formelle comme l’atteste « the Arc at Green School »,un bâtiment éducatif à Bali, prouesse technologique du studio local Ibuku.


« L’Arche de l’École Verte » a été développée par IBUKU en partenariat avec Jörg Stamm et Atelier One comme un travail unique qui célèbre la relation innovante de cette institution avec l’environnement naturel, sur un campus existant. Pour « The Arc », Jörg Stamm, spécialiste de la construction en bambou en partenariat avec IBUKU et Studio One, a puisé son inspiration dans une cage thoracique humaine : « L’Arc fonctionne comme les côtes de la poitrine d’un mammifère, stabilisées par des membranes de tension analogues aux tendons et aux muscles entre les côtes. D’un point de vue biologique, ces tendons microscopiques très résistants transfèrent les forces d’un os à l’autre. Dans l’Arc, les fentes de bambou transfèrent les forces d’une arche à l’autre. »

Une approche organique unique de la durabilité et de l’architecture, basée sur un matériau zéro carbone. Le design teste grâce à une architecture paramétrique hors norme, les possibilités infinies du bamboo, érigeant le bâtiment en œuvre d’art. « Il y a toujours quelque chose d’assez merveilleux dans la rencontre entre l’artisanat ancestral et les techniques de construction modernes », commente l’architecte Jules de Laage, membre de l’équipe d’Ibuku et directeur de travaux de l’Arc. Afin d’assurer une précision maximale, les artisans ont travaillé dans un système de coordonnées tridimensionnel qui a permis une adhérence fiable des courbures des gridshells aux exigences d’ingénierie spécifiques.

Projet saisissant en raison de sa toiture complexe à double courbure entièrement en bamboo. Des grilles anticlastiques ont été utilisées pour former la structure incroyablement mince et légère, aux allures de drapé. Selon l’équipe, « ces champs de grilles semblent se draper à travers les espaces entre des arches incroyablement minces planant au-dessus de la tête, donnant une fantaisie, une intimité et une beauté à l’espace. Bien que les grilles semblent pendre des arches, elles les maintiennent en fait ». Le faisceau d’arches en bambou de 14 mètres traverse des arcs paraboliques qui s’étendent sur 19 mètres. La construction de la structure de 23,5 mètres de large, 41 mètres de long et 14 mètres de haut a duré environ 8 mois.

L’Arc est un exploit d’ingénierie ; cela a nécessité de longues recherches pour concevoir et développer une solution géométrique précise qui a permis à la structure d’enfermer un volume intérieur massif avec une utilisation minimale des matériaux. L’Arche de l’École Verte a été couronné par le MasterPrize 2021 – lauréat pour la conception architecturale de l’année.

virginie speight