Pascal Chazal nous parle #14

302

Le village de Lytton au Canada est situé sensiblement à la latitude de Lille, le dimanche 27juin, la température atteint 46,6°, le lundi 47,5°, le mardi elle atteint le record de 49,6°, le mercredi, les autorités décident d’évacuer la ville, le jeudi, Lytton est rayée de la carte ! On pourrait croire à un film de science-fiction, malheureusement, il s’agit bel et bien de la réalité. Lytton, comme les inondation en Allemagne et les incendies de 2020 en Australie, sont des manifestations du réchauffement climatique, attendons-nous à un accroissement de ces phénomènes : dernier rapport des experts du GIEC.

En 1974, pour la première fois, un parti écologiste porté par René Dumont est candidat aux élections présidentielles Française. En 1979 sort le rapport de Jule Charney sur le réchauffement climatique. Ce chercheur respecté, y annonce qu’un doublement de la concentration atmosphérique de dioxyde de carbone (CO2) entraînerait une hausse des températures comprise entre 1,5et 4,5 °C. On savait déjà que ces chiffres étaient colossaux, équivalents à une transition glaciaire-interglaciaire. En 1988, à la demande du G7, est créé le GIEC ; leur premier rapport est publié en 1990. Le second en 1995 met en évidence la responsabilité des activités humaines, préparant au protocole de Kyoto de 1995. En 2014 les Accords de Paris, marquent un véritable virage, avant que les USA sous Donald Trump ne se retirent.

Qu’avons-nous fait pendant ces 40 ans ? Pas grand-chose… Les climato sceptiques l’ont souvent emporté sur les défenseurs de la cause climatique, le point de non-retour est sans doute dépassé, selon bon nombre de scientifiques. Quelle terre laisserons-nous à nos enfants, sera-t-elle viable ? Maintenant est arrivé le temps d’agir, comme vous le savez la construction est un des plus grands écosystèmes mondiaux, elle joue un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. Face aux enjeux considérables, nous ne sommes plus au temps des petites améliorations, mais devant la nécessité d’une transformation structurelle du monde de la construction, c’est dans cette mouvance que s’inscrit la construction Hors-site !

Rien ni personne ne peut face, seul à ces enjeux immenses, l’intelligence collective et collaborative prônée par la construction Hors-site et le BIM ont une petite chance de changer la donne ! À nous tous de jouer, collectivement.