Un peu plus près des étoiles

476

MAÎTRISE D’OUVRAGE NISTRA – Université de Strasbourg
ARCHITECTES frenak+jullien architectes mandataires
Cardin Julien, architectes associés
m+ mathieu holdrinet, architecte d’opération
ARCHITECTURE DU PAYSAGE FORR

INGÉNIERIE STRUCTURE MaP3
CHARPENTE DE BOIS Charpente Houot
GROS ŒUVRE Bringholf Constructions
STRUCTURE MÉTALLIQUE ET PLÂTRE DU DÔME ADLER / SIRC
BARDAGE ISOLÉ EN BOIS BRÛLÉ Martin Fils

AU CŒUR DE L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG (67), le long de l’avenue de la Victoire, se dresse le nouveau planétarium du Jardin des sciences. Il a ouvert ses portes au grand public le 1er juillet dernier, dans un espace réaménagé. Figurer le ciel, imaginer le cosmos, parler d’astronomie : le cahier des charges onirique du programme a inspiré la forme singulière de ce bâtiment ovniesque aux architectes frenak+jullien, Cardin Julien, m+mathieu holdrinet. Il est constitué de deux volumes sombres qui se détachent de la masse verdoyante du jardin : un cône tronqué pour abriter la salle de projection – 15 mètres de diamètre, 138 places – doublé d’une galerie d’accès, et un volume cylindrique pour accueillir le hall du Jardin des sciences et les services associés. « Tendu vers le ciel, le cône tronqué suggère une quête atemporelle de connaissances de l’univers, tandis que le hall d’accueil, ouvert et rayonnant, renvoie vers les multiples sites gérés par le Jardin des sciences. Dédié à la diffusion de la culture scientifique au sein de l’université, le Jardin des sciences trouve ainsi une visibilité nouvelle », expliquent les architectes.

POUPÉES RUSSES

Les panneaux de bois CLT de la structure mise à nu de ce planétarium atteignent 17 mètres de haut et forment des facettes géantes… une démesure qui prépare au voyage dans l’espace. La rampe en pente douce conduit le visiteur en haut de la salle, sous le dôme de projection. L’éclairage, minimal, éclaire un environnement bleu nuit à haut coefficient d’absorption. L’emboîtement des volumes (cône, dôme, écran) et la précision requise pour la suspension de l’écran de projection ont abouti à des solutions constructives particulières et ont entraîné une logique de montage atypique en phase de chantier, le dôme métallique de la salle étant monté avant le clos couvert du cône. Bois brûlé et aluminium à l’extérieur, bois clair et plâtre à l’intérieur : les matériaux utilisés sont peu nombreux, simples et contrastés. En extérieur, l’aspect tellurique ou volcanique du bâtiment est renforcé par une pellicule carbonisée des lames de pin Douglas, dont la texture marquée, d’un brun noir profond, prend des reflets argentés sous un soleil rasant.