Genèse de la construction hors-site #8

168

« La maison prête à l’emploi sera bientôt le principal produit de l’industrie », Walter Gropius

Aux yeux de Walter Gropius, l’industrialisation du bâtiment par la préfabrication et la standardisation relevait d’un idéal. Des habitations de masse imaginées avec une grande liberté formelle, alliant l’art et l’industrie.

La personnalité de Walter Gropius (1883-1969), architecte, designer, théoricien, pédagogue et urbaniste allemand est à jamais rattachée à la création de l’école du Bauhaus – institution mythique qu’il fonda en 1919 et dirigea pendant une dizaine d’années. On ne peut appréhender l’architecture moderne sans se plonger dans son œuvre qui a révolutionné l’architecture du XXe siècle.

Walter Gropius est l’un des principaux théoriciens à avoir posé les jalons de la préfabrication dans la construction. Il affirmera que l’avenir réside dans une « usine d’assemblage industriel » dans laquelle « les composants sont en grande partie préfabriqués dans des usines fixes et assemblés à la demande sur le chantier ». Tout comme ses confrères Le Corbusier, Wachsmann et Mies vander Rohe, il n’aura de cesse de prôner la construction modulaire et la standardisation, l’objectif étant de concevoir une architecture préfabriquée « tout public », abordable, adaptée à une consommation de masse. « L’habitat humain est une affaire de masse. Tout comme 90 % de la population ne pense plus aujourd’hui à se faire faire des chaussures sur-mesure, mais achète en magasin des produits qui, grâce à des méthodes de fabrication perfectionnées, satisfont la plupart des besoins individuels ; à l’avenir, l’individu pourra aussi commander en stock le logement qui lui convient , écrira Gropius dans L’Industrie du logement en 1923. Dès 1910, Gropius suggéra d’industrialiser la construction de maisons en adoptant un style uniforme de base qui fournirait « des maisons bon marché, bien construites, pratiques et de bon goût ». Il dirigera de nombreux projets découlant directement de sa conviction qu’un nombre infini de combinaisons d’éléments standardisés peuvent répondre aux goûts individuels en matière de design tout en tirant parti des économies associées à la production en série.

En 1923, Gropius organisera une exposition internationale d’architecture où il présentera le projet d’un lotissement Bauhaus préparé avec ses étudiants. Parallèlement, il créera, en collaboration avec Hannes Meyer, la « Boîte de construction grandeur nature », un modèle de maison visant la standardisation à l’extrême, la modularité de ses éléments standardisés permettant une large combinaison d’assemblages pour la production industrielle d’habitations. Les deux projets avant-gardistes, bien que présentés à l’exposition, ne trouveront aucun financement.

Conception de logements ouvriers à Törten, quartier de Dessau, Allemagne.

Un des premiers projets de Gropius portant sur le développement de logements de masse sera la conception de logements ouvriers à Törten, Dessau (1926-1928). C’est véritablement avec la cité Törten qu’il commencera à expérimenter ses méthodes de construction découlant de la rationalisation, inspirée par Ford et le Taylorisme, visant à réduire les coûts de mise en œuvre.

Construit en trois tronçons, le lotissement comprendra 316 logements (maisons mitoyennes allant jusqu’à 75 m2), conçus selon un système de chemins de grues permettant un chantier plus efficace et un nombre moins élevé d’ouvriers. À l’aide d’un plan de chantier précis, les briques creuses en béton de laitier et les poutres en béton seront fabriquées sur le chantier avec des machines. Pour autant, si Gropius a théorisé le préfabriqué en poussant très loin l’idée de standardisation et construit du préfabriqué, on n’observe qu’en fait, il n’aura jamais bâti de maisons pouvant répondre à sa définition de la préfabrication à une échelle industrielle, c’est-à-dire produite en série.

En 1928, dans son essai L’Architecte en tant qu’organisateur de l’industrie du bâtiment moderne et ses exigences sur l’industrie, il insistera sur deux choix possibles : primo, la construction simultanée de plusieurs logements identiques en série ; secundo, la construction en usine de maisons en kit. Finalement, Gropius penchera plutôt pour la seconde voie – des systèmes de kits ouverts et modulaires.

Packaged House concept développé entre 1942 et 1952 aux États-Unis.

Aux États-Unis, il développera, avec la coopération de Konrad Wachsmann, le concept modulaire dit de « Packaged House» (« la maison emballée ») entre 1942 et 1952. Gropius et Wachsmann établiront un système de 9 types de panneaux de petite largeur, fabriqués en acier, en cuivre et en bois, comportant des découpes pour les fenêtres, certains pouvant être utilisés comme portes, d’autres comme sols, murs et plafonds. Ces éléments seront manutentionnés et assemblés en quelques heures sans engins. Le duo se concentrera particulièrement sur les connecteurs de panneaux qui feront l’objet d’une recherche approfondie.

Les architectes-inventeurs affirmeront que l’unicité de leur système aux formes très diverses ressemblant d’après eux à un puzzle chinois permettrait de surmonter « la monotonie de la forme ». Malheureusement, cette invention ne connaîtra pas le succès escompté et entraînera la faillite de la General Panel Corporation fondée à cet effet.

virginie speight