Hors Site, médaille d’or des JO 2024 ?

504

La course à l’innovation!

L’innovation dans le domaine des équipements sportifs était le thème d’une conférence organisée par le Ministère des sports et le centre National pour le développement de sport (CNDS), Le 21 novembre 2017.

Ce dernier annonçait qu’il doublait son taux de subvention pour les projet innovants « réplicabes », avec de nouveaux modèles économiques. Même si « en termes d’innovation dans les équipements sportifs, nous n’en sommes qu’aux balbutiements ». A rappelé Armelle Daam, directrice du CNDS.

Car à ce jour, le seul projet retenu est une patinoire mobile subventionnée à hauteur de 400 000 euro. L’objectif est désormais de faire remonter au moins un dossier innovant par région.

Si les collectivités ont des problèmes financiers, elles ont aussi du foncier à valoriser et des besoins d’équipement. Au rang des intervenants, Bruno Lartigue, directeur des relations institutionnelles de GL Events. Estimait que: « toute la recherche et développement va maintenant vers la construction de structures modulaire. Qui permettent une flexibilité pour les territoire qui n’ont pas de grands stades ou de grands infrastructures en ciments ».

Pour lui, le modulaire permet à des territoires qui ne bénéficient pas de moyens de financement « puissant » de profiter d’infrastructures égales a celles des grandes métropoles.

Car, en terme de financement, la garantie d’emprunt prévue par la loi du 1er mars 2017, Permet aux collectivités d’accompagner un projet d’équipement sportif porté par un acteur privé.

Stade Ras Abu ABoud en  » cargochitecture » pour la coupe du monde de foot au quatar en 2022.

Grands événements!

Alors que se profilent les jeux de 2024 pour Paris, les grands évènements sportifs mondiaux sont jalonnés de stades en ruine et d’équipements à l’abandon.

Rio ou Sotchi l’ont encore prouvé dans une démesure exceptionnelle. Fin d’une époque ? Les Jeux d’hiver de Corée ont montré un grand nombre de structures provisoires. Le stade olympique démontable, uniquement dédié aux cérémonies d’ouverture et de clôture en est le parfait exemple.

Mais, Pyenongchang a aussi multiplié les magasins, bureaux et service agencés dans des containers maritimes au point d’en devenir le symbole de la fugacité, selon un article paru dans Le Monde.