INVESTISSEMENTS HORS-SITE, BOIS ET BAS CARBONE : la formule gagnante du breton Trecobat

1058

1er constructeur breton de maisons individuelles et 3ème sur le plan national, Trecobat a fêté ses 50 ans en 2023. Tout est en place aujourd’hui pour que la success story de cette entreprise familiale du Finistère (29) s’écrive encore longtemps. Et ce,malgré un marché qui s’effondre. Son secret ? Des investissements importants dans la construction bois avec notamment sa nouvelle usine Murébois dédiée au hors-site, à Rennes. Sans oublier un positionnement sur la construction bas-carbone, une offre qui se diversifie et s’ouvre à la rénovation, aux petits collectifs, aux bâtiments de santé et résidence pour séniors. Tour d’horizon avec Alban Boyé, président de Trecobat, qui nous explique la stratégie du groupe.

Ce n’est un secret pour personne, le marché du logement, particulièrement celui de la maison individuelle, est en difficulté. Comment abordez-vous l’année dans ce contexte ?

Alban Boyé : Le marché de la maison est effectivement à moins 45 % en 2023, après un coup de frein brutal en 2022. Les causes sont connues : envolée historique du coût des matériaux, baisse du pouvoir d’achat, hausse des taux d’intérêt et crise de l’énergie. La construction neuve, en particulier le secteur de la maison individuelle, subit de plein fouet cette crise économique sans précédent. D’ailleurs, nombre de constructeurs, notamment ceux qui interviennent sur le marché des primo-accédants, risquent d’être placés – quand ils ne le sont pas déjà – en liquidation judiciaire.

L’usine Murébois de Rennes (35). Un investissement de 1,5 million d’euros

Vous êtes un acteur historique du marché de la maison individuelle. Êtes-vous, comme certains de vos confrères, en difficulté ?

De notre côté, nous n’enregistrons qu’une baisse de 15 % sur le segment de la maison individuelle. Ce qui nous sauve, c’est notre expérience, nos cinquante ans de métier, notre solidité financière et notre stratégie – un véritable atout.

Justement, quelle est-elle ?

Nous sommes certes un acteur reconnu de la construction de maisons individuelles traditionnelles, mais cela fait… (Suite de l’article dans le magazine N°24)