White Arkitekter, l’agence à la pointe du développement durable

1755

Envisager l’architecture et l’urbanisme comme un moyen d’améliorer la société, en agissant sur la durabilité des modes de vie est au cœur de la pratique de l’agence suédoise White Arkitekter. Une démarche salutaire qui s’appuie sur les méthodes de construction hors-site, prônées par le gouvernement.

Nodi, premier immeuble de bureaux
en bois, Göteborg (Suède).

Le modèle de construction durable de l’agence suédoise White Arkitekter rayonne sur toute la Scandinavie, avec une zone d’influence qui s’étend largement au-delà de ses frontières. Fondé en 1951 par le jeune architecte Sidney White, le cabinet a connu un succès précoce dans la conception de projets résidentiels et d’établissements de santé, tournés vers le bien-être de la population. Cela s’alignait sur les mouvements politiques suédois de l’époque, de sorte que la social-démocratie est enracinée dans sa culture d’entreprise. Cette vision humaniste, avec pour finalité d’améliorer la société, se reflète sur la politique interne de White, la société appartenant à 100 % aux employés. Un pilotage collégial qui favorise l’épanouissement des 700 collaborateurs et par voie de conséquence leur créativité. Une grande part de leurs gains est d’ailleurs investie en recherche et développement (3 M d’euros en 2019) dans un laboratoire baptisé « Research Lab » : poumon de la performance de White Arkitekter. Des spécialistes du développement durable, des biologistes, et des anthropologues renforcent la capacité du studio à traiter les sujets en profondeur. Une spécificité de l’agence qui explique en partie sa position de leader en Scandinavie.

PIONNIÈRE DE LA CONSTRUCTION BOIS

Dernièrement, la tour Sara, l’une des plus hautes tours en bois du monde, a starifié l’agence*. Toutefois, d’autres projets réalisés de main de maître par le studio méritent qu’on s’y arrête.

Premier immeuble de bureaux en bois de Göteborg, d’une hauteur de 25 mètres, le bâtiment Nodi illustre l’efficacité de…(Suite de l’interview dans le magazine N°16)