L’empire, de la construction hors-site

282

L’industrie japonaise de la construction avec la complicité des architectes répond à la richesse de la nature locale et de l’environnement complexe des métropoles. Le mode constructif hors-site encouragé par le gouvernement repose très largement sur l’usage du bois.

Au Japon, 12 % des logements sont réalisés en utilisant la construction modulaire, soit environ 180 000 nouvelles maisons modulaires construites chaque année. Le pays a développé une approche sophistiquée qui permet de construire des maisons neuves hautement personnalisables et durables. En investissant massivement dans la R&D (augmentation des investissements chaque trimestre depuis 3 ans), le Japon domine la construction Hors-site la plus avancée. Le rôle important du Japon dans l’industrie de la construction de maisons préfabriquées est apparu en réponse à la Seconde Guerre mondiale.

La reconstruction n’a pas été aisée – l’économie était moribonde, peu de matériaux et de main-d’œuvre disponibles, et des chaînes d’approvisionnement inexistantes. Les choses ont commencé à s’améliorer au début des années 1950, en raison de la demande économique mondiale provoquée par la guerre de Corée ; la plupart des entreprises de construction ont été fondées après la Seconde Guerre mondiale.

Daiwa House a démarré la production de maisons préfabriquées en 1955, PanaHome en 1959, Sekisui House en 1960 et Misawa Homes en 1962. Depuis, l’idée de la construction préfabriquée, produite par des entreprises spécialisées s’est imposée pour maximiser la qualité et le rendement. Ces deux caractéristiques définissent d’ailleurs un idéal pour l’architecture japonaise traditionnelle. De nos jours, parmi les industriels les plus pointus dans ce secteur, le pays compte entre autres Sekisui House, Sekisui Heim, Toyota Housing, Misawa Homes et Daiwa House Industry. La construction Hors-site a débuté avec de nombreux avantages : soutien du gouvernement, grands partenaires industriels, demande insatiable du marché et peu de résistance de la part des constructeurs traditionnels.

Nobuo Ishibashi a fondé Daiwa House Industry avec le souci de contribuer au développement de la société japonaise. Il a fait émerger le principe de l’industrialisation de la construction. Daiwa House Industry a commencé comme une très petite structure, puis s’est considérablement étoffée pour devenir en 1965, la première usine de construction de maisons préfabriquées de l’archipel. À présent, l’activité du groupe au savoir faire écoresponsable est très diversifiée : immobilier commercial, hôtellerie, infrastructures de loisirs et de santé.

Depuis longtemps, les architectes japonais se sont tournés vers la maison préfabriquée en bois, combinant la promesse d’une construction industrialisée avec le rêve d’un marché de masse populaire pour l’architecture.

Pour Toyota, à la sortie de la guerre, le Toyota Production System (TPS) ou lean manufacturing a contribué à relancer l’économie. À l’origine de ce système de gestion de la production, le fondateur de Toyota, Sakichi Toyoda. Ce dernier s’est inspiré des travaux de William Edwards Deming, ainsi que des écrits de Henry Ford. L’automobile avec ses nouveaux types de production a permis de ramener le sujet de l’industrie au cœur du bâtiment.

On entre dans l’ère des modules de haute technologie qui concilient qualité et productivité : parfait usage de la standardisation des produits sortant des chaînes de montage, robotisation, production à flux tendu « Mass customization ». Toyota Housing a été créé par Toyota Motor Corporation pour développer des logements innovants à grande échelle, en suivant les méthodes industrialisées qui ont fait son succès. Toyota Housing propose principalement des maisons à ossature bois ou acier, à des coûts …  (suite de l’article dans le magazine N°12)