Les Pays Bas au plus haut

556

Les Pays Bas ont un niveau élevé en ce qui concerne la construction Hors-site, modulaire par définition durable. les architectes se sont saisis de ce mode de construction circulaire en ville comme à la campagne.

Les villes néerlandaises continuent de se développer et subissent une pression croissante. Les conséquences de cette urbanisation sur l’écosystème humain – les inondations, le stress thermique et l’augmentation des émissions de CO2 – sont de plus en plus perceptibles. Les Néerlandais sont devenus de plus en plus regardants sur la construction. Ils sont demandeurs d’alternatives, non seulement moins onéreuses, mais plus vertueuses sur le plan environnemental. Le modulaire, durable par définition apparaît comme une des solutions possibles au regard de ces questions environnementales.

La société Ursem Modulaire Bouwsystemen, s’est bâti une réputation d’excellence grâce à la construction modulaire, en misant sur des structures à moindre coût et de meilleure qualité. Les éléments préfabriqués du système Hors-site sont assemblés dans l’usine avant le transport et avant leur assemblage sur site. L’utilisation devenue indispensable du BIM permet aux projets de se dérouler sans heurts et plus rapidement. La construction modulaire atteint de nouveaux sommets, avec un réel potentiel de développement dans le futur. Pour exemple, le projet Fizz Spartaan Amsterdam West, signé Ursem : un bâtiment de 16 étages conçu pour accueillir 361 appartements destinés aux étudiants. La structure qui en résulte est la plus haute structure modulaire des Pays Bas et elle a été fabriquée en 5 mois seulement, en comptant les 3 mois ½ passés sur place. Ce qui minimise par conséquent les perturbations et la pollution autour du site pour la population.

Autre réalisation de premier plan, l’hôtel Jakarta, situé sur la rivière IJ, à l’endroit où les bateaux embarquaient autrefois pour Jakarta, cet établissement est l’un des premiers à être neutre en carbone aux Pays Bas. Ouvert en 2018, cet hôtel a été construit uniquement à l’aide de matériaux durables. Sa particularité la plus remarquable est incontestablement sa structure en bambou, la clé de voûte de l’ensemble de l’édifice. Une structure à l’empreinte carbone négative comme beaucoup d’autres matériaux utilisés dans la construction de l’édifice. L’hôtel utilise également les énergies renouvelables des panneaux solaires sur le toit et dans le plafond de verre de la serre du toit, qui servent essentiellement à chauffer l’eau des 200 chambres de l’établissement. Les eaux de pluies sont récupérées, ainsi que les eaux grises qui servent à l’arrosage du jardin d’intérieur.