Opinion #2 La révolution hors site

529

La construction Hors-Site une véritable révolution!

 

Depuis des décennies, voir des siècles, nous construisons nos bâtiments sur le chantier. Après la guerre, pendant 30 ans la France a produit des logements qui finalement ont répondu pas si mal que ça au besoin de loger les populations.

Pour le faire, nous avons eu largement recours à la préfabrication. Puis à partir de 1975 parce que les besoins étaient en grande partie satisfait. Car des banlieues il a fallu reconquérir la ville.

Parce que d’opérations de 5 000 logements nous sommes passés a des opérations beaucoup plus petites. Parce que les grandes barres d’immeuble gâchaient un peu il faut bien le dire. Le paysage, les méthodes de préfabrication ont été oubliés…

Pour les bâtiments collectifs et les infrastructures, le béton coulé en place est devenu la norme. Pour les maisons le parpaing et la brique empilés.

La vision de la construction!

Depuis 40 ans en France le mode de production de bâtiments et donc centré sur le chantier !

Le mode de consultation et de passation des marchés quant à lui a été adapté à cette vision de la construction. L’organisation en lots séparés et le recours au moins-disant est devenu la norme.

Cette méthode assez efficace pendant longtemps, parce que favorisant la compétition et la concurrence montre ses limites. Aujourd’hui on peut même dire que nous sommes arrivés au bout du système.

En effet, depuis 20 ans pour des raisons environnementales, de santé, de confort et de qualité. Nous avons dû établir des normes pour la construction, rien à dire à cela. Nous devons améliorer nos produits tout en réduisant l’usage des ressources non renouvelables et le confort pour les utilisateurs.

Le problème, c’est qu’avec cette avalanche de normes, les bâtiments sont devenus complexes. Et nous n’avons rien changé a notre mode de production !

Et bien voilà ou le bât blesse, les bâtiments du 21eme siècle sont devenus complexes et nous continuons à les produire avec des méthodes et une organisation qui marchait bien quand ils étaient simples !

une main d’œuvre en déclin !

La crise de 2008 à masqué en partie cet état de fait car les entreprises de la construction sont entrées dan une concurrence féroce et les prix ont chuté de près de 20 %.

Les taux bas de l’emprunt et les aides à la construction ont permis de construire malgré tout. Mais les effets pervers ne se sont pas fait attendre.  La sinistralité est en train d’éclater au grand jour comme le dit la SMABTP qui tire la sonnette d’alarme, et constate qu’en 8 ans depuis le début de la crise de 2008. La sinistralité constaté chaque année à presque doublée et que le modèle n’est plus tenable !

Les entreprises qui sont par ailleurs en mauvais état, ne dégagent pas les marges qui leur permettraient d’investir. Notamment en R&D, on de la peine à recruter du personnel qualifié. hors le modèle de la construction en France, pose sur une main d’œuvre qualifiée.

Force est de constater que nous sommes engagés dans une spirale vers le bas. Chaque année, la qualité se dégrade alors que les prix et ne permettent plus aux catégories les moins aisées de se loger.

Comme nous le dit la fondation Abbé Pierre, 4 millions de Français sont mal logés. Et plus de 10 millions n’arrivent plus à faire face à leurs dépenses de logements.

La sortie de crise va encore accentuer le phénomène car la main-d’œuvre qualifiée du bâtiment. Qui va partir progressivement à la retraite sans être vraiment remplacée par les jeunes ne sont pas attirés par les métiers du bâtiment.

Le gouvernent manque de moyen et remet en question les subventions de l’immobilier et de la construction. Mettant en évidence l’effet pervers des subventions qui font monter les prix sans que l’on cherche vraiment à faire baisser les coûts par des améliorations de productivité.

Le gouvernement n’aurait il pas raison dans son analyse ?

nous accusons un retard certain dans cette prise de conscience!

Le BTP, n’ayant pas fait sa mutation industrielle ni numérique, est le seul secteur d’activité dont la productivité régresse depuis des décennies. Ceci n’est pas propre à la France, mais nous accusons un retard certain dans cette prise de conscience.

De nombreux pays comme l’Angleterre, l’Australie, ou les USA se sont déjà engagés dans l’analyse de cette problématique.

De nombreux rapports on été écris et mettent en évidence la faible productivité du bâtiment et propose de s’engager très rapidement  dans un véritable changement du mode de production de l’immobilier et de la construction. Le Rapport de Mark Farmer : « Modernise or die » fera à n’en pas douter date dans l’histoire de la construction.

Modernise or Die – Le rapport FARMER

La construction Hors-site se développe de part le monde a une vitesse vertigineuse! Il semblerai bien que ce soit là, la véritable révolution de la construction car tous les ingrédients sont réunis. Meilleur usage pour le client, meilleure qualité, livraison plus rapide et moindre coût. Dès lors que la logique industrielle est comprise de tous !

La France ne peut rester en retard sur le monde et se doit d’engager également dans un remaniement profond  de sa manière de produire des bâtiments !