Pascal Chazal nous parle #17

1247

Dans le dernier rapport du GIEC, la responsabilité de l’homme sur le réchauffement climatique passe de hautement probable à sans équivoque ! Le réchauffement est sur le point d’atteindre 1,5°C, la hausse du niveau de la mer de 20cm depuis 1900 pourrait être de 20 cm d’ici à 2050 et les émissions de méthane ont augmenté de 6 % en 10 ans, le méthane ayant un pouvoir de réchauffement 84 fois supérieur au CO2! L’attaque de l’Ukraine par la Russie, événement tragique des plus improbables justifié par la folie d’un homme, nous montre à quel point nous sommes dépendants des énergies fossiles, 750 M€ d’achat de pétrole et de gaz par jour à la Russie. Un conflit qui provoque un emballement du prix à la pompe totalement inédit, même les gilets jaunes n’ont pas eu le temps de réagir ! Alors que faire ? Est-il trop tard, notre monde va-t-il réellement s’embraser ? Les experts que nous n’écoutons pas depuis 40 ans sont pessimistes, mais nous pensons que, comme le colibri de Pierre Rabhi, nous avons chacun la possibilité d’agir et de faire notre part : éviter les déplacements, réduire nos consommations, apprendre à concilier notre vie avec les limites de notre planète. De nombreuses voix s’élèvent, mais les actes ne sont pas assez nombreux. Il faut beaucoup de courage pour accepter de sortir de sa zone de confort et changer de paradigme, mais avons-nous le choix ? Pour accélérer la transition énergétique, l’Europe travaille à flécher les financements vers les projets vertueux, les fonds à impact également, la construction hors-site permet de réduire l’impact environnemental de manière drastique, jusqu’à 40 % si nous utilisons matériaux biosourcés. Alors, accélérons le mouvement, notamment pour massifier la rénovation thermique (voir article Opinion). Isoler est le meilleur moyen de réduire les consommations, nous pouvons le faire plus vite avec la préfabrication, il est même possible de le faire en utilisant les ouvriers et les usines de l’automobile qui se prépare à perdre 100 000 emplois dans les 10 prochaines années.