Pascal Chazal nous parle

253

Pour la première fois BATIMAT a fait la part belle à la construction hors site : un salon
de 1 000 m2, un colloque international et un espace atelier tout au long de la semaine.
M. le Ministre Julien Denormandie a cité le hors-site comme étant l’avenir de la construction.


Comment et pourquoi, le hors-site encore inconnu en France, il y a 2 ans est-il devenu
l’expression à la mode cette année ? La France serait-elle en train de comprendre à son
tour, que la construction hors-site doit être regardée avec attention ?


La première raison est la remontée effrayante des prix, dans les zones tendues, les
ouvertures plis sont régulièrement au-delà des estimations ; on a oublié un peu vite que
les prix ont chutés en 2008 et qu’ils ne sont jamais remontés. Les entreprises sont à
bout de course, elles ne font pas de bénéfices, n’investissent plus, ne font pas de R&D, et
finissent par travailler dans de mauvaises conditions, au bout du rouleau, elles remontent
leurs prix par nécessité.
La seconde raison, c’est bien sûr la disparition de la main d’œuvre qualifiée. Nous
manquons de bras, de compétences, c’est vrai sur le chantier mais aussi chez les maître
d’ouvrages, les architectes, et dans les bureaux d’études. L’encadrement intermédiaire
manque, certains chantiers sont en retard, voire pire, arrêtés. Sur un panneau de chantier
dans Paris, n’a-t-on pas compté 47 nationalités ! Pas facile de conduire un chantier
avec des ouvriers qui ne parlent pas la même langue. Les anciens partent à la retraite,
les jeunes ne sont pas vraiment attirés par le bâtiment, les conditions de travail y sont
difficiles, ça va mal sur le chantier, et ça dure.
Le rapport remis par Robin Rivaton, au Ministre sur le salon Hors Site fait le constat
de la chute de la productivité, la valeur ajoutée par heure d’ouvrier a chuté de 20% en
20 ans. On doit construire des bâtiments sans cesse plus complexes, avec moins de
compétences, le résultat est sans appel : la productivité s’écroule
Quelles sont les alternatives au chantier ? La préfabrication sans aucun doute, la
construction hors-site, est la préfabrication du 21è siècle. Elle utilise les méthodes, qui ont
fait le succès de l’industrie : Lean, DFMA, BIM, ERP etc. garantes de l’amélioration continue.
De nombreux exemples dans ce magazine vous montrerons que c’est possible, mais attention, il s’agit bien d’une révolution culturelle. Bienvenue dans le futur