Visite guidée de la Tour Sara

1378

Le « modèle suédois » est souvent un concept fourre-tout. Pour autant, la Suède fait figure de modèle en ce qui concerne la construction Hors-site éco-responsable. Oskar Norelius, architecte de la prestigieuse agence White Arkitekter nous fait entrer dans les coulisses de l’édifice Sara, l’une des plus hautes tours en bois au monde à ce jour.

Virginie Speight

Vous venez d’achever la construction de la Tour Sara à Skellfeteå haute de 75 mètres. Pourquoi une telle hauteur ?

Sa hauteur a été motivée par sa localisation en plein centre-ville et l’ampleur du programme. Le site était d’ailleurs déjà désigné dans le plan urbain de 1905 pour un « bâtiment monumental ». Le centre est composé d’une partie basse le long des rues plus étroites, qui fait transition entre la hauteur existante de 4-5 étages du centre-ville et la tour placée face à la grande place centrale.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de ce projet ?

C’est un projet complexe, urbain, de grande hauteur entièrement réalisé en bois massif. La construction Hors-site est la norme en Suède, mais ici, la légèreté du bois nous a permis d’aller plus loin avec la préfabrication d’éléments plus grands que d’habitude. Les chambres d’hôtel ont été entièrement réalisées dans une usine à proximité : structure, façades, installation y compris les salles de bains. La préfabrication des modules des salles de bains a eu lieu dans une autre usine. Les poteaux, murs et dalles du centre culturel ont aussi été préfabriqués ainsi que le plus grand élément de mur en CLT, de 27 m de long.

En quoi ce projet est-il porteur d’une démarche durable ?

Sara est un projet à impact climat positif. Les émissions générées au cours du cycle de vie du bâtiment étant plus que compensées par le stockage carbone de la structure bois et la production des panneaux photovoltaïques. Les émissions totales au cours du cycle de vie sont d’environ 5 000 tonnes de CO2 alors que les effets positifs s’élèvent à 10 000 tonnes. Le bâtiment a également été conçu avec des matériaux sains. L’isolation est essentiellement en laine minérale. Le système énergétique innovant permet au bâtiment d’interagir avec le reste du centre-ville pour partager son énergie et réduire l’impact du centre-ville, et pas seulement le bâtiment. Un système de gestion doté d’une IA a optimisé l’utilisation d’énergie du bâtiment.

Dans quelle usine a été fabriqué l’ensemble ?

La structure a été fabriquée chez Martinssons à Bygdsiljum. Le bois, de l’épicéa, a été sourcé localement. Les chambres d’hôtel ont été fabriquées chez Derome à Renholmen, près du site. Les façades doubles peau entièrement vitrées ont été partiellement préfabriquées en Lituanie.

Quel usage, avez-vous fait du CLT ?

Nous avons utilisé du CLT pour les dalles, murs porteurs et façades. Les noyaux contenant les escaliers et ascenseurs sont entièrement aussi réalisés en CLT.

Le complexe de 28 000  m2 a-t-il été construit à 80% en bois ?

Voire plus, je n’ai pas les chiffres exacts. La dalle et le sous-sol sont en béton. Sinon la structure est entièrement en bois avec les trois dernières dalles de la tour en béton. Plus des poutres en acier pour l’étage technique de l’hôtel.

Vous êtes-vous appuyé sur le BIM ?

Oui, le projet a été conçu en Revit, avec la coordination effectuée entièrement en 3D dans le logiciel Revizto. La maquette BIM contient plus de 300 000 éléments.

Auriez-vous d’autres projets en cours de la même teneur ?

Un projet encore confidentiel à Stockholm de grande hauteur en bois.