GA Smart Building, en phase avec sa démarche vertueuse

465

Il ne pouvait en être autrement. L’entreprise pionnière en France du hors-site, GA Smart Building, a présenté en avant-première son futur siège social, en cours de construction. Bien sûr, process durable oblige, les budgets et les délais seront tenus.

Comme pour affirmer que le groupe entend se montrer transparent dans ses choix constructifs, le futur siège social de GA Smart Building comportera beaucoup de parois en verre.

Début 2024, à Toulouse, après seulement 14 mois de travaux, le futur siège social de GA Smart Building construit en hors-site sera achevé. L’occasion pour l’entreprise française pionnière du hors-site de faire la démonstration de son savoir-faire et d’affirmer ses convictions : il faut construire pour la vie et développer des projets qui ont un impact positif. Lors d’une journée de présentation à la presse, le 19 octobre dernier, Sébastien Matty, le président de GA Smart Building, a rappelé sa détermination : « Avec le hors-site, le bâtiment va faire sa révolution industrielle, autant dans la construction neuve que dans la rénovation. La crise actuelle nous montre que, pour construire et rénover demain, nous avons besoin de basculer dans une nouvelle logique : celle de la précision industrielle, de l’économie de matériaux et des chantiers courts. »

Intelligence artificielle et réemploi des matériaux

Concrètement, le bâtiment de 6 000 m2, installé au cœur de l’écoquartier de Toulouse Aerospace, a été modélisé en BIM (la maquette 3D du bâtiment qui permet de créer un avatar numérique du projet). Éléments de structure, façades, équipements de confort et même modules sanitaires ont été produits dans les usines françaises du groupe. Ils ont été acheminés et sont en cours d’assemblage sur site. Grâce à ce mode constructif novateur, la diminution de l’impact carbone est prise en compte tout au long du chantier.

En totale adhésion avec le projet, les architectes Takaharu Tezuka et Orash Montazami ont imaginé le futur siège social de GA Smart Building avec la certitude que le recours à la construction hors-site est gage de qualité architecturale et de confort pour les utilisateurs. « Nous avons joué avec les procédés hors-site de GA pour mettre la nature et le vivant au centre de notre réflexion », explique Orash Montazami, fondateur de Studio Montazami.

Par ailleurs, le groupe met en œuvre des solutions techniques et technologiques qui permettent d’adapter son futur siège au climat de demain. L’hybridation des énergies locales, renouvelables et bas carbone, avec un pilotage prédictif grâce à l’intelligence artificielle et au machine learning, autorisent l’ensemble à viser l’excellence énergique. Ainsi construits, les bureaux de GA seront alignés sur la RE2020, au seuil 2025, et atteindront un niveau de performance énergétique conforme à celui qui est attendu en 2025 par le décret tertiaire.

Inscrit dans le cadre d’une opération pilote du label réemploi Circolab, le siège social a fait appel au réemploi pour ses faux planchers, moquettes, gardes-corps, peintures, isolants acoustiques, équipements de modules sanitaires… En pensant le démontage et le remontage dès sa phase de conception, le modèle constructif hors-site permet au bâtiment de devenir une banque de matériaux.