LE BIEN-ÊTRE À LA DANOISE, UN PRINCIPE DE VIE

255

AUJOURD’HUI, UNE DEMANDE CROISSANTE POUR LA CONSTRUCTION MODULAIRE ET DURABLE EST OBSERVÉE AU DANEMARK. TOUTES LES PARTIES PRENANTES IMPLIQUÉES DANS LA FILIÈRE DE LA CONSTRUCTION JOUENT UN RÔLE ESSENTIEL DANS LA CONCEPTION D’ESPACES PROPICES AU BIEN-ÊTRE AVEC LESQUELS LES HABITANTS PEUVENT INTERAGIR AU QUOTIDIEN.

La seconde Guerre mondiale n’a pas détruit les villes mais a provoqué des années de stagnation dans le secteur danois de la construction en raison du coût élevé des matériaux et, par conséquent, d’un parc immobilier usé et inadéquat. Le gouvernement a donc décidé d’encourager les entreprises et les particuliers afin qu’ils construisent rapidement et efficacement de nouvelles maisons. Dans l’après-guerre, les architectes les plus renommés, engagés pour la plupart dans le logement social sont devenus le moteur du processus de standardisation, d’industrialisation et de préfabrication. Ils sont soutenus par la loi de 1947 sur les logements préfabriqués qui offre un traitement financier aux bâtiments construits selon ces méthodes. Dans les années 1950, ils développent des appartements modernes en expérimentant des matériaux, et des processus.

LA PRÉFABRICATION ENTRAÎNE L’INNOVATION ARTISTIQUE

L’architecte moderniste Svenn Eske Christensen, influencé par les idées de Le Corbusier fait figure de pionnier ; il conçoit les premiers projets de logements préfabriqués, standardisés à grande échelle. Bataillant contre la tendance à la construction d’appartements trop exigus et de piètre qualité, il défend le logement accessible à tous. Dans le même esprit, on peut évoquer l’Espansiva de Jørn Utzon : un système de construction à ossature en bois comprenant à la fois des pavillons en 3D de différentes tailles et une large gamme de panneaux en 2D combinés à l’envie. Sans parler du Kubeflex d’Arne Jacobsen également construit sur une simple ossature en bois tridimensionnelle. Ces deux projets datent des années 1970, bien qu’ils soient souvent cités, aucun d’eux n’est allé au-delà du prototype, vraisemblablement trop en avance sur leur temps. Le gouvernement danois a joué un rôle clé dans l’industrialisation de la construction. En 1958, la norme sur « l’accord modulaire pour l’industrie du bâtiment » est entérinée. En 1961, le premier code national de la construction est publié, garantissant la compatibilité des bâtiments avec une série de normes, de standards, de codes industriels qui, tous, témoignent de la volonté politique de moderniser la société danoise.

Aujourd’hui, plus que jamais, l’avenir du marché des logements préfabriqués au Danemark semble au beau fixe avec des opportunités d’utilisation finale résidentielle et commerciale. Les principaux moteurs de ce marché sont…  (Suite de l’interview dans le magazine N°14)