Le Bois selon Sybois

254

Recourir au bois d’une manière naturelle devient essentiel pour un habitat sain et durable. Un choix qui a de surcroît un impact sur les émissions de Co2. Sybois nous montre la voie.

Cet éco-matériau est au cœur de l’activité de Sybois, premier fabricant d’enveloppes constructives en ossature bois comprenant les murs, la façade, la couverture, le plancher, le caisson et la menuiserie.

Adossé au Groupe Millet Industrie, Sybois déploie sa ligne de production industrielle pour la conception et la fabrication de murs à ossature bois perpsirants [ migration naturelle de la vapeur d’eau ].

Ces derniers réduisent en quasi-totalité l’impact des ponts thermiques. Autre point clé, le système d’isolation mariant ouate de cellulose et fibre de bois, à été pensé pour le confort de l’habitant quel que soit le niveau de température ou le degré d’humidité tout au long de l’année.

Les murs à ossature bois se déclinent en trois épaisseurs : 145, 170 et 220 mm, affranchis de tout ce qui est nuisible à la santé comme la colle ou les joints chimiques. Cependant l’écoconstruction est un choix éthique qui va au-delà du seul bien être du destinataire final, il est important de mesurer sa mise en pratique.

Quelle essence de bois choisie ? De quelle provenance ?Comment assure-t-on sa traçabilité ? Quel traitement est-il utilisé ? Les bois d’ossature et de charpente sont constitués d’Épicéa du Nord ainsi que de Douglas de pays. Tous les matériaux pour ses ossatures et ses structures sont certifiés PEFC TM.

Ce logo apposé sur un produit en bois ou à base de bois, garantit qu’il est composé d’au moins 70% de bois issu de forêts répondant pour leurs gestions aux recommandations des entités nationales et régionales de PEFC [Program for the Endorsement of Forest Certifictaions.]

Les bois protégés ou provenant de coupes illégales sont proscrits par l’entreprise au profit d’une politique tournée vers une redéfinition de l’usage de la forêt. Au niveau de la traçabilité, Sybois exige que les bois soient facilement identifiable et en continu, couvrant ainsi les différents stades de la chaîne, de l’approvisionnement, à la fabrication en passant par le stockage.

On note la même implication au niveau du traitement, on ne trouve dans les constructions Sybois que des bois qui relèvent des traitements de type classe 2, respectueux de l’environnement. Engagée pour un système constructif durable, l’entreprise s’emploie à ne pas générer de déchets et anticipe les critères de la réglementation en vigueur. Les ouvrages en bois lamellés collés arrivent directement taillés et lasurés sur site. Les ouvrages en bois massifs se voient taillés de longueur sur site.

Une méthode exigeante de gestion des déchets a été mise en place. Il s’agit d’une part d’effectuer ses propres analyses de cycle de vie et d’autre part d’établir des fiches de déclarations environnementales et sanitaires de ses produits. Enfin, si on examine plus l’impact carbone du système constructif Sybois, on s’aperçoit qu’il émet deux fois moins de gaz à effet de serre [carbone] que le système en parpaing [avec isolant] ou le système en brique [avec isolant].

En prenant en compte les émissions « évitées » par la séquestration du carbone dans le bois de construction pour la fabrication de la structure, les émissions de CO2 sont proches de zéro. Nicolas Berger


Principe et action

  • Conservation et amélioration appropriée des ressources forestières et leur contribution aux cycles globaux du carbone.
  • Maintien de la santé et de la vitalité des écosystèmes forestiers.
  • Maintien et encouragement des fonctions de production des forêts [bois et autres produits]
  • Maintien, conservation et amélioration appropriée de la diversité biologique dans les écosystèmes forestiers.
  • Maintien et amélioration appropriée des fonctions de protection par la gestion des forêts [particulièrement sols et eaux].
  • Maintien des autres fonctions socio-économiques.