Rencontre avec Birgit Linnamäe, PDG de Kodasema

577

S É Q U E N C E
INTERVIEW

Virginie Speight. Votre parcours est impressionnant, quel est son point de départ ?


Birgit Linnamäe.
J’ai commencé ma carrière à l’âge de 6 ans dans le sport, et j’ai rapidement atteint le haut niveau national puis mondial en danse de salon. La danse de salon de compétition requiert une multitude de compétences dont la communication avec son partenaire. Apprendre à travailler avec les gens est une compétence essentielle dans la vie courante que les sports d’équipe enseignent extrêmement bien. Depuis que le retour à l’indépendance de l’Estonie en 1991, notre défi commun a été de montrer, de prouver à la « vieille » Europe que nous sommes un pays dynamique et très vivant, avec des gens de talent. Je suis passionnée par l’exportation et les relations interculturelles, ce qui m’a peut-être amené à aller en Allemagne, en Italie, en Estonie et au Royaume-Uni, et à explorer l’Asie et l’Amérique du Nord. Motivée par le désir de comprendre les gens dans leur propre langue, j’ai travaillé dur pour ressembler le plus possible aux habitants, ce qui m’a amené à parler 11 langues à ce jour. La linguistique et la psychologie sont pour moi des sources d’inspiration constantes.

V.S. Vos sources d’inspiration en ce moment ?


B. L.
Ce qui m’enthousiasme en ce moment, c’est de voir plus de féminité et de diversité sous l’administration de Kamala Harris en tant que VP. Je suis également inspirée par la conscience du fondateur de Kodasema, Hannes Tamjarv, qui, au cours de sa vie, a créé non pas un mais trois environnements importants ayant un impact : la vie (logement), l’apprentissage (scolarité) et le travail (banque). Les villes et les espaces doivent bien fonctionner pour les divers groupes de notre société – femmes, hommes, enfants, personnes âgées, handicapés, piétons, cyclistes, par exemple. Des maisons mobiles et confortables permettent aux espaces urbains et ruraux de changer très rapidement et plusieurs fois, en fonction de l’évolution des besoins. Cette flexibilité est passionnante.

V.S. Sur quels projets travaillez vous en ce moment ?


B.L.
Pour l’hôtellerie, les maisons de retraite, le secteur hospitalier surtout dans le monde avec Covid-19, les possibilités de séjourner avec une entrée individuelle, et une excellente ventilation sont en vogue. Notre propre hôtel Koda Stay – composé d’un certain nombre de maisons KODA – a été réservé à 110 % lors de la vague Covid 19 du printemps 2020, et une entrée privée et séparée dans chacune des maisons a été la clé de ce succès. Nous coopérons avec un hôtel restaurant autrichien où les gens vont faire l’expérience du calme de la nature, de la solitude. Ainsi qu’une extension de luxe pour un country hôtel aux Pays Bas.

V.S. Concernant la R & D, avez-vous une équipe qui s’y consacre ?


B.L.
L’Estonie est la société numérique la plus avancée du monde. Nos filiales contribuent de manière significative à l’innovation et il y a tout un groupe qui travaille sur de nouvelles solutions qui sont importantes dans l’innovation de l’industrie de la construction : la gestion de l’énergie, de l’eau, des eaux usées et de la ventilation. La science des matériaux dans le domaine de la construction offre également de nouvelles solutions plus efficaces et plus durables, très performantes : nous sommes en bonne place en Estonie, car ce minuscule pays est l’un des premiers exportateurs de maisons modulaires en bois au monde – il y a donc beaucoup de connaissances à exploiter, dans le pays. Le fondateur de Kodasema, Hannes Tamjärv, déclare que nous nous efforçons d’obtenir plus de liberté et de rendre les prix plus abordables.

V.S. Être une femme dans l’industrie du bâtiment, ce n’est pas trop difficile ?


B.L.
J’ai toujours apprécié d’être une femme dans l’industrie et dans les conseils d’administration. J’apprécie la dynamique entre les comportements masculins et féminins que chaque être humain. Deepak Chopra a dit : « Dans chaque personne se trouvent deux polarités, le masculin et le féminin. Lorsque les deux sont libres de s’exprimer, les bases sont jetées pour vivre en harmonie, en équilibre et en épanouissement ». Lorsque nous faisons l’expérience d’une polarité qui éclipse l’autre, la disharmonie, le déséquilibre, l’inégalité et la violence prévalent. À l’âge de 20 ans, j’ai été la première femme expatriée à être envoyée travailler en Allemagne au sein d’un conglomérat asiatique. C’était du jamais vu dans le groupe et cela a créé beaucoup de préjugés et de controverses. Cela m’a motivée à être professionnellement encore plus compétente, tout en puisant dans l’ancienne sagesse spirituelle. Mon expérience a montré, sans exception, que la diversité dans la salle du conseil d’administration crée plus d’équilibre et d’harmonie elle conduit à une multitude de meilleurs résultats qui sont bénéfiques pour l’humanité car ils prennent en considération les différents besoins des hommes, des femmes, des personnes âgées, des jeunes, des cultures et du contexte.

V.S. Comment gérez-vous votre société ?


B.L.
Les personnes sont notre plus grand atout, après la marque KODA by Kodasema, qui est créée par nos collaborateurs. Nous travaillons en petites équipes très efficaces, basées sur une relation de confiance. Kelli Roosimägi, notre Directrice des opérations à Kodasema, est pour moi une source d’inspiration et de soutien, polyvalente et très talentueuse.

V.S. Combien de femmes travaillent pour votre entreprise ?


B.L.
Kodastay, plusieurs personnes dans notre équipe d’innovation. Cela représente peut-être 70 % des postes clés, occupés par des femmes remarquables et talentueuses. Cependant, l’Estonie se situe dans le groupe inférieur des pays de l’UE en ce qui concerne les indicateurs d’égalité des sexes, ce qui est préoccupant, notamment en ce qui concerne le pouvoir socio-économique et politique des femmes.

V.S. Comment voyez-vous l’évolution de la construction Hors site en Estonie ?


B. L.
Le fait que l’Estonie ait une telle ambition dans le domaine des logements en bois et de la construction Hors-site est en partie dû à la politique du gouvernement estonien en faveur d’une utilisation accrue du bois dans la construction. L’Estonie étant le 4e exportateur de maisons en bois au monde et le premier en Europe, elle donne l’exemple d’une éducation de haut niveau en ingénierie et en architecture, en économie et en informatique, à l’œuvre dans les usines de production. Le gouvernement soutient l’exportation de l’ensemble du secteur, tandis que les producteurs collaborent avec enthousiasme au sein de l’Association estonienne des maisons en bois. À l’avenir, les usines produiront plus de produits à valeur ajoutée, avec davantage d’architecture et d’ingénierie pour l’exportation.

V.S. Quel est le rôle du système éducatif en Estonie ?


B.L.
L’Estonie est la société numérique la plus avancée au monde. Il existe des programmes spéciaux et très réussis, tels que Tech Sisters et Vivita dans le système éducatif estonien pour inclure davantage de jeunes femmes et de jeunes filles dans la création d’entreprise et le secteur de la technologie.

V.S. Le gouvernement estonien est-il impliqué dans l’écologie ?


B.L.
La présidente estonienne Kersti Kaljulaid est favorable à une utilisation accrue du bois dans la construction et le logement. Elle a remis à Kodasema le prix de la meilleure petite maison en bois 2020 en août 2020. « Le bois est l’avenir de la construction de nos logements et la raison en est très simple : nous calculons déjà la performance énergétique de nos maisons non seulement en fonction de la quantité d’énergie consommée par la maison pendant son existence, mais aussi en fonction de l’empreinte carbone du processus de construction », a déclaré la présidente Kaljulaid.