LES MISSIONS D’UN BE DANS LA CONCEPTION MODULAIRE : INTÉGRATION ET TRANSVERSALITÉ

2283
AVIS D’EXPERT

Co-fondateur du bureau d’études « structures » Dhomino et co-signataire d’un système éponyme en « 3D bois » breveté, Owen Clus défend les atouts maîtres et le fort potentiel d’innovation de l’ingénierie « hors-site ».

. Le Collège de Clisson (livré en 2015) : « La construction modulaire propose un nouvel alphabet dont l’architecte peut se servir pour imaginer ses phrases », Eric Saillard, cabinet ARS (44) .

Quel doit-être le positionnement d’un bureau d’études dans un projet de construction version modulaire ?
Dans le modulaire, l’ingénierie apporte du « liant » à toute la phase de conception et de programmation, une transversalité des compétences au sein de la maîtrise d’œuvre. Un bureau d’études techniques spécialiste des structures modulaires doit optimiser l’organisation et instaurer la confiance entre les maillons du projet, à la façon du Lean management. Il peut tisser un réseau de partenaires, du fabricant ou fournisseur au maître d’ouvrage, quel que soit le profil de l’intervenant : de la PME qui n’est pas « pur player » de la construction au service intégré d’une « major » du BTP.
A mon sens, le BE dédié au modulaire joue ainsi un rôle de médiateur et une mission d’assistance à maîtrise d’œuvre. Il rapproche encore davantage l’ingénierie de l’architecte et de l’économiste en proposant ou validant des solutions pérennes et reproductibles, flexibles et fiables, sûres et concurrentielles, dès la phase d’appel d’offres. Quel que soit le matériau choisi, les performances et l’ingénierie du modulaire d’aujourd’hui effacent l’image passéiste du « préfabriqué ». Désormais en capacité de produire 80% des éléments constructifs en usine, le modulaire permet d’évaluer, de comparer et de maîtriser les coûts très en amont, donc d’éviter les dépassements et les mauvaises surprises sur les chantiers. La construction devient alors une industrie de haute précision.

. Avec cinq fabricants sous licence industrielle en France, la production est présente sur tout le territoire, avec une capacité de 10 à 15 modules par jour . Crous de Toulouse. 100 chambres .

Dans ce contexte, comment s’affirme le « bois 3D » ?
Selon moi, le modulaire bois doit à la fois apporter un avantage technique et créer un standard de prix de revient. Il satisfait déjà « l’expérience client » en matière de maison individuelle ou d’équipement public (école, crèche, collège, bureaux, unité d’hôtellerie, installation sportive, etc.). Il commence à s’affirmer en habitat collectif avec des programmes jusqu’à R+10, et il y a même des tours IGH* à venir en France (cf : les concours nationaux Adivbois ou programmes d’aménagement Euratlantique à Bordeaux). L’essentiel est maintenant de proposer un rapport qualité-prix très compétitif sur le marché du logement, autour de 1.400 €/m2 livré. Outre le confort d’usage ou la rapidité de réalisation, un atout supplémentaire et décisif du modulaire bois est son caractère vraiment évolutif, transposable et transportable à moindre frais : on peut déménager une partie d’une école, pour la « reconditionner » ailleurs ou reconvertir ces mêmes locaux… au tiers du prix de construction : le principe du « revu et corrigé » est déjà prouvé !

. Projet pour la tour Euratlantique à Bordeaux. 16 étages, 204 modules, 5060 m2 SHAB .

Le modulaire bois et l’innovation vont donc de pair pour promettre des solutions audacieuses ?
Il existe plusieurs marchés de la construction bois, et diverses typologies du modulaire bois. Un BE qui a beaucoup investi en R&D et analysé les besoins du marché peut en effet imaginer un concept plus ambitieux, capable de respecter les contraintes techniques et les règlementations les plus strictes (DTU 32.1, Eurocodes 5 & 8), tout en répondant aux exigences des labels d’efficacité énergétique. En externalisant éventuellement leurs calculs et en faisant vérifier systématiquement leurs idées par les meilleurs experts, des professionnels, qui ne sont pas forcément issus du sérail du bâtiment conventionnel ou des héritiers traditionnel de la filière bois, osent partir d’une feuille blanche. Mais il ne s’agit pas de réinventer le modulaire bois à chaque opération. Il faut rester convaincant, pragmatique et surtout clairvoyant. Il s’agit éventuellement de savoir mixer et agréger les paramètres positifs de tel et tel système constructif. Pour un IGH* en bois, par exemple, le risque sismique, la réaction aux vents et la résistance mécanique de l’empilement imposent de revisiter et additionner les paramètres du modulaire bois en 3D et 2D (poteau-poutre). Alors, si un BE de taille modeste mais porteur d’une indépendance d’esprit et très persévérant comme Dhomino peut vaincre les réticences et les restrictions en France, on peut espérer un bel avenir à la filière du modulaire bois « à la française » !
*IGH : immeuble de grande hauteur, défini par un plancher bas du dernier niveau est situé à + de 50 mètres pour un usage d’habitation, soit 18 niveaux (selon le code de la construction)

Philippe Bardiau

. Exemple de logement collectif en R+9 .

L'expert

Owen Clus, 38 ans, un parcours atypique

D’abord chercheur universitaire et thésard en physique et thermique, Owen Clus fonde avec son compère architecte Alexandre Busch, le tandem initiateur du cabinet Dhomino il y a huit ans. Le « jeune » parcours de cette petite équipe s’appuie cependant sur une observation attentive des tendances et une réflexion très rigoureuse pour se différencier. Très soucieuse de son autonomie, elle prône une double vocation pour le modulaire bois 3 D : standardisation et créativité. Elle collabore ainsi avec des acteurs de toutes dimensions et sur tous les types de projets de construction. Un éclectisme qui permet de trouver des relais de croissance et de progresser patiemment, pour s’affranchir des freins techniques et idéologiques.

. Alexandre Busch et Owen Clus, à la tête de Dhomino .

Des références et des perspectives

Avec son système constructif 3D bois breveté, conçu par « extrusion tube » façon fuselage d’avion, la fabrication est facilement industrialisable et n’exige pas de montage mécanisé sur chantier. Dhomino ™ a réalisé et signe encore des groupes scolaires évolutifs (collège de Clisson en 2015, école élémentaire de Clermont l’Hérault en 2012, plusieurs écoles primaires à Lyon en 2017), des résidences étudiantes en kit parfois assemblées par un industriel « assembleur d’éléments » (programmes du CROUS à Toulouse, Lens, Mulhouse) ou participe à des projets ambitieux dans le résidentiel collectif (programme de 10.000 m2 de logements dans le prochain quartier « Belvédère » du programme Bordeaux-Euratlantique, avec Nexity-Cogedim-Pitch, etc.).

. Le principe de base d’un module Dhomino, façon fuselage d’avion .

. Le « tube » aménagé .