Murs porteurs bas-carbone en béton de bois

404

Cette offre de murs porteurs pour façade, signée Spurgin et sous licence CCB Greentech, satisfait aux critères de la construction hors-site. Son autre atout : elle affiche un bilan carbone négatif et répond aux exigences de la RE2020 en matière de confort d’été en associant le bois et le béton. Description.

Décliné en 24 et 30 cm, le mur porteur (sous licence CCB Greentech) revendique un bilan carbone négatif. Il est proposé sur mesure en usine, pour des constructions jusqu’en R+3

En premier lieu, le mur porteur en béton de bois CS2 pour façade de Spurgin coche les cases du cahier des charges de la construction hors-site. « Il est construit sur mesure en usine et directement livré puis posé sur le chantier, synonyme de moins de nuisances sur le chantier, d’une cadence améliorée, et d’une pénibilité fortement réduite…», rappelle Damien Guesnier, responsable communication chez Spurgin.

Sous Atex* du CSTB, son utilisation est limitée à du R+3 et il peut s’élever jusqu’à 28 mètres de hauteur pour la réalisation des derniers niveaux d’un bâtiment. Le mur est réalisé sur mesure, dans la limite de 8 mètres de largeur (zone sismique 1) et 5 mètres (zone sismique 2à 4) sur 3,70 mètres de hauteur. Une fois livré sur chantier, il est déplacé par une grue, à l’aide de deux crochets de levage. Ce système de levage déporté à hauteur d’homme évite aux opérateurs de travailler en force et améliore la sécurité, une méthode que l’industriel a étendue à tous ses produits.

En ce qui concerne le procédé lui-même, comme pour un prémur, les réservations des ouvertures sont intégrées directement. De plus, le CS2 peut s’interfacer avec tous les types de matériaux, de la brique au bois en passant parle béton. L’ensemble 2D se pose et se stabilise en fixant des étais tire-pousse dans le matériau à l’aide de tire-fond. Une fois les murs posés, il reste à bancher l’entre-deux murs et à couler le béton. Damien Guesnier assure que « le temps de réalisation est encore plus rapide que sur du prémur classique et permet, comme pour ce dernier, d’économiser sur le cycle de rotation des équipes et le temps de chantier ».

CONFORT D’ÉTÉ

Au-delà de ses caractéristiques répondant aux exigences du hors-site, ce mur présente la particularité d’être conçu à partir d’un mélange de bois, de ciment et d’eau et affiche un bilan carbone négatif avec une FDES l’attestant, disponible sur la base INIES. Pour chaque mètre carré posé, en épaisseur de 24 cm et de 30 cm, ce sont respectivement 45kg et 55kg de matériaux biosourcés qui sont mis en œuvre. « Le mur porteur répond également aux exigences de la RE2020 en matière de confort d’été », promet Damien Guesnier. Ainsi, son fort taux d’amortissement thermique autorise un déphasage de 17 heures et de 14 heures pour des murs de 30cm et de 20cm d’épaisseur.

« L’oscillation des températures intérieures est de 3 à 5 degrés au cours de la journée ce qui, in fine ,induit un réel confort pour l’occupant et des économies d’énergie sur la climatisation », précise Damien Guesnier. Enfin, le procédé se destine à un large panel d’ouvrages, qui va des logements individuels et collectifs aux ERP ou locaux industriels.

Lucien Brenet