Portrait de Cyril Moussard, PDG de ModuleM

727

Un itinéraire loin des sentiers battus.

Auparavant, de plainpied dans la nature, votre parcours semble plutôt atypique ?

Oui, on peut dire que je suis autodidacte dans le monde du bâtiment. Je viens d’une formation de paysagiste, mon précédent métier consistait à réaliser des terrains de sport en gazon naturel et synthétique. Souvent à la réception du terrain, il manquait les vestiaires sportifs et c’est en voulant trouver une solution pertinente pour mon client que je me suis penché sur le mode de construction modulaire. C’est très rapidement devenu une passion.

Comment en êtes-vous venu à fonder ModuleM ?

En 2005, j’ai commencé par créer une société qui commercialisait des bâtiments modulaires. Selon les projets, je pouvais proposer différentes solutions et partenaires industriels (métal, bois, béton). Mes clients étaient très satisfaits par la solution rapidité/ simplicité, en revanche ils restaient réservés quant à la qualité générale des solutions modulaires présentes sur le marché. J’ai constitué un collège d’experts composé de bureaux de contrôle, bureaux d’études, maîtrises d’œuvre et d’ouvrage afin de réfléchir à la solution modulaire parfaite. Ce travail a abouti à un cahier des charges que j’ai partagé à mes partenaires. Ceux-ci, pour diverses raisons n’ont pas souhaité modifier leur façon de construire, cela m’a amené à fonder ModuleM en 2012. Depuis ModuleM construit tout type de bâtiment modulaire architecturé (tertiaire, logement…). Travailler Hors-site, en atelier, est un réel confort (environnement favorable, encadrement…). Nous réalisons a minima 80 % du bâtiment chez nous et seulement 20 % sur site (finitions, raccordement). L’intégration de la maquette numérique BIM permet également une grande précision de réalisation.

Comment définissez vous votre démarche environnementale ?

La construction modulaire ne doit pas être orientée vers le bas de gamme mais doit au contraire permettre de travailler les matériaux nobles. Ainsi dès le départ nous avons intégré dans nos structures métalliques du bois (100 % français), mais aussi du béton de chanvre, de la paille, de la terre crue, du zinc… Nous revenons vers des techniques ancestrales et les conjuguons avec de nouvelles technologies contemporaines. Finalement, de par mon 1er métier, ma sensibilité pour le végétal et la nature se retrouve dans les bâtiments que nous livrons. Il est important d’être conscient des bouleversements climatiques, être acteur du changement de nos modes de fabrication et de consommation. Nous faisons notre maximum pour utiliser des matières premières au plus proche de notre unité de production et nous faisons en sorte de valoriser autant que possible nos déchets de construction.

En quoi votre approche se distingue-t-elle de la concurrence ?

ModuleM est un peu le trublion de la construction modulaire, pas de standard chez nous ! Pas d’imposition de dimensions de module. Chaque projet est un prototype, nous adaptons le module au projet et surtout pas l’inverse. Ce positionnement associé à la haute qualité des matériaux proposés nous permet d’offrir des bâtiments très atypiques (modulaire rond, toiture voilée en zinc…). VIRGINIE SPEIGHT